Durant 4 ans, "La piscine" de Roubaix invitera 11 artistes afin de fêter le centenaire de la première guerre mondiale.

SAM_2249

Dans le cycle

SAM_2274

l'artiste aura 2 espaces et 4 mois pour s'interroger sur la permanence, la barbarie et la transmission du souvenir de ce conflit mondial.

Après Eric Mondel, c'est Anna "Délit maille" qui a investi la piscine.

Projet mondial comme cette guerre, 5oo tricoteuses des 5 continents ont avec laine et point jersey donné vie à 780 soldats , souvenir de l'hécatombe (9 millions de morts) et de la vulnérabilité des soldats.

"Multitude" défilé d'une armée en laine.

SAM_2281

SAM_2300

SAM_2296

 

Les Spahis.

SAM_2288

L'indian corps - des milliers d'indiens venus du Penjab.

SAM_2283

Le bataillon belge.

SAM_2291

Les tirailleurs.

SAM_2286

Les seaforth highlanders.

SAM_2287

Le front russe.

SAM_2284

Les fantassins allemands.

SAM_2293

Les casques beige des troupes de l'Empire britannique.

SAM_2290

SAM_2289

SAM_2310

 

En dehors de ce défilé laineux, un soldat inconnu, le seul ayant des yeux et peut être des larmes  lit cette phrase :

 

SAM_2302

SAM_2304

SAM_2305

Explication du pourquoi de cette phrase par Délit Maille :

 

" Au début de la guerre, Rudyard Kipling, auteur connu faisait partie de la Propagande de Guerre.

Il incitait les jeunes à partir en guerre pour la patrie, le sacrifice, l'engagement viril.

Son fils unique John (qu'il appelle Jack) pour qui il a écrit "If" sera réformé deux fois pour myopie.

John a 18 ans et aime les voitures, les boîtes de nuit, les mondanités,  le cricket et les histoires que son père lui raconte.

Rudyard ayant des relations vu sa notoriété  intervient auprès de Lord Roberts, colonel des Irish Guards et réussit à faire enroler John.

Rudyard est rassuré, son fils sera un homme...

 

... Six semaines après ses 18 ans John est mort, le visage explosé par un obus à Loos en Gohelle.

Jusqu'à sa mort en 1936, Rudyard Kipling a cherché les traces de son fils mais il n'a jamais rien trouvé, il a traîné sur les plaines d'Artois sa culpabilité et sa responsabilité d'avoir poussé ces jeunes  hommes à s'engager ".

 

Très belle et poétique approche de cet évènement historique tellement horrible que fût cette guerre de 14-18.

Merci mesdames pour tout ce travail, les idées, recherches et l'aboutissement de ce projet qui vous a tenu en haleine pendant 1 an.

Visitez le site de Délit Maille parce qu'il n'y a pas que ce défi, l'actualité est croquée , tricotée et mise en scène de bien jolie façon.